Effondrement de trois immeubles à Noailles : les conséquences de l’incurie (5-6 novembre 2018)

45436602_1798920736902477_4079311666603360256_n

Communiqué de presse de Un centre ville pour tous (5/11/2018)

Ce lundi 5 novembre 2018, l’effondrement de deux immeubles au 63 et 65 rue d’Aubagne est un drame humain. A cette heure, nous espérons qu’il n’y aura pas de victime. Il convient que les habitants affectés par ce drame soient assistés, relogés avec des réponses durables. Ce tragique évènement est hélas, une conséquence directe de l’incurie de la mairie dans la prévention et le traitement de l’habitat indigne et dangereux dans le centre-ville.

Depuis la fin du Programme de Restauration Immobilière, l’association Un Centre Ville Pour Tous et Noailles Ombres et Lumières, a démontré, après enquête, que 50 % des immeubles de ce périmètre n’avaient pas été traités. L’inspecteur général de l’équipement, Christian NICOL a dénoncé dans son Rapport du 27 mai 2015 l’existence de 40 000 logements insalubres à Marseille.

Pire encore ! Lors de la réunion de « concertation » sur Noailles le 24 Janvier 2018 : au lieu d’annoncer la réhabilitation des immeubles dégradés selon les préconisations des bureaux d’études ETH et CERFISE, la municipalité a annoncé devant 200 habitants le lancement… d’une nouvelle étude sur l’habitat pour 2020 !! Notre association a, à nouveau, dénoncé cet abandon délibéré dans son avis (ci-joint) sur la « concertation à Noailles » en février dernier.

Après le quasi effondrement de la cage d’escalier du 65 rue d’Aubagne il y a 15 jours, y a-t-il eu un Arrêté de péril ? Le danger de l’immeuble du 63, propriété de la Ville de Marseille, est connu depuis des années. C’est le troisième immeuble insalubre qui s’effondre dans le 1er arrondissement depuis 5 ans !

Au pouvoir depuis 25 ans, la municipalité Gaudin refuse obstinément une rénovation au profit des habitants, la lutte contre l’habitat dégradé et les marchands de sommeil, et la production de logement social pour les familles modestes qui y vivent. L’argument du « manque d’argent » avancé par les élus est indécent :
1. Vendre un immeuble appartenant à la ville, l’îlot Feuillant, pour y construire un hôtel 4 étoiles à 300 m de ces immeubles.
2. Investir l’argent public dans la location de la tour La Marseillaise qui va coûter 75 millions d’euros aux marseillais.
3. Financer un mur autour de la place Jean Jaurès et imposer un projet sans concertation pour 20 millions d’euros.

C’est une question de choix et de priorités, que nos élus les assument maintenant !
Le Conseil d’administration de «
Centre Ville Pour Tous »

* Communiqué de CVPT appelant à la marche blanche samedi 10 novembre 2018 à 15h en hommage aux victimes. 

*Appel commun des associations (FAP, AMPIL, CVPT, Compagnons Bâtisseurs, Destination familles) envoyé par la Fondation Abbé Pierre aux médias (9/11/2018).

* Discours du collectif des habitant.es prononcé lors de la Marche blanche (10/11/2018)

*Dans la presse :




Il y a 3 commentaires

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire